[#Césaire] « Cahier d’un retour au pays natal », le « Martial » récital du #Panthéon, extrait …

Aimé Césaire cahier d'un retour au Pays natal Jacques-Martial_Panthéon 27 avril 2017

Lors de la cérémonie du 170ᵉ anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France, le 27 avril dernier, au Panthéon (Paris), j’ai retenu un moment, une séquence émotion, le vibrant récital (de Jacques Martial) de l’œuvre poétique d’Aimé Césaire (publiée en 1939 et rééditée en 1947 ), « Cahier d’un retour au pays natal ». Extrait …

 

Non …

Nous n’avons jamais été amazones du roi du Dahomey, ni princes de Ghana, ni docteurs à Tombouctou, ni architectes de Djenné, ni Mahdis, ni guerriers. Nous ne sentons pas la démangeaison de ceux qui tinrent jadis la lance.

Et, puisque j’ai juré de ne rien celer de notre histoire (moi qui n’admire rien tant que le mouton broutant son ombre d’après-midi), je veux avouer que nous fûmes de tout temps d’assez piètres laveurs de vaisselle? des cireurs de chaussures sans envergure? Mettons les choses au mieux.. d’assez consciencieux sorciers et le seul indiscutable record que nous ayons battu est celui d’endurance à la chicotte...

Et ce pays, cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ; que les pulsations de l’humanité s’arrêtent aux portes de la nègrerie; que nous sommes un fumier ambulant hideusement prometteur de cannes tendres et de coton soyeux et l’on nous marquait au fer rouge et nous dormions dans nos excréments et l’on nous vendait sur les places et l’aune de drap anglais et la viande salée d’Irlande coûtaient moins cher que nous. Et ce pays était calme, tranquille, disant que l’esprit de Dieu était dans ses actes.

Nous, vomissure de négrier…

Nous, vénerie des Calebars …

J’entends, de la cale, monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d’un qu’on jette à la mer… les abois d’une femme en gésine, des raclements d’ongles cherchant des gorges, des ricanements de fouet, des farfouillis de vermine parmi des lassitudes. Ainsi soit-il! Ainsi soit-il! C’était écrit dans la forme de leur bassin!

Ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole, ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l’électricité, ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel, mais ceux… sans qui la terre ne serait pas la terre! Gibbosité d’autant plus bienfaisante que la terre déserte davantage la terre!

Ma négritude n’est pas une pierre, sa surdité ruée contre la clameur du jour! Ma négritude n’est pas une taie d’eau morte sur l’œil mort de la terre! Ma négritude n’est ni une tour ni un cathédrale! Elle plonge dans la chair rouge du sol! Elle plonge dans la chair ardente du ciel, elle troue l’accablement opaque de sa droite patience! Eia! pour le Kaïlcédrat royal ! Tiède petit matin de vertus ancestrales. Eia! pour la joie! Eia! pour l’amour! Eia! pour la douleur aux pis de larmes réincarnées! Et voici, au bout de ce petit matin ma prière virile, que je n’entende ni les rires ni les cris, les yeux fixés sur cette ville que je prophétise, belle

Donnez-moi la foi sauvage du sorcier, donnez à mes mains puissance de modeler, donnez à mon âme la trempe de l’épée, je ne me dérobe point.

Faites de ma tête une tête de proue, et de moi-même mon cœur ne faites ni un père, ni un frère, ni un fils, mais… le père, mais le frère, mais le fils. Ni un mari, mais l’amant de cet unique peuple.

Faites-moi rebelle à toute vanité mais docile à son génie comme le poing à l’allongée du bras! Faites-moi commissaire de son ressentiment, faites-moi dépositaire de son sang, faites de moi un homme de terminaison, faites de moi un homme d’initiation, faites de moi un homme de recueillement mais faites aussi de moi un homme d’ensemencement. Faites de moi l’exécuteur de ces œuvres hautes, voici le temps de se ceindre les reins comme un vaillant homme..

Mais les faisant, mon cœur, préservez-moi de toute haine, ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n’ai que haine car, pour me cantonner en cette unique race, vous savez pourtant mon amour tyrannique, vous savez que ce n’est point par haine des autres races que je m’exige bêcheur de cette unique race

Que ce que je veux, c’est pour la faim universelle, pour la soif universelle, la sommer libre enfin de produire de son intimité close …

(…) la succulence des fruits.

Aimé Césaire

[…]

 

./…

Publicités

#Grèves: Vous avez demandé le programme, ne quittez pas.. #JeSoutiensLaGreveDesCheminots.

« Oui Papa ça va. À l’École, ils ont été sympas, on a tous reçu un message disant (je résume): « On est conscient des perturbations dans les transports en commun mais essayez de venir, si vous pouvez, les cours sont maintenus ». Je suis arrivé avec un retard de 15 minutes, ça va, demain ça ira mieux… ».

Ma parisienne de fille hier matin au téléphone. Sauf que « demain c’est aujourd’hui » et les semaines d’après, « la Grève en alternance» est née. Oui. Aussi, comme tout bon Papa qui se respecte, j’édite ce billet pour transmettre à la Miss le programme des grèves pour les semaines à venir. (Billet lettre recommandée avec AR, c’est beaucoup plus rapide que via la Poste. Pour bichette…)

IMG_20180404_154507

Précision: #JeSoutiensLaGreveDesCheminots. Oui. Et comme je disais hier à ma fille (relire mon tweet)

#JeSoutiensLaGreveDesCheminots

Elle a une nouvelle paire de baskets « Grève Édition » pour cette « galère d’utilité publique ». Un beau cadeau pour ses presque 20ans (dans quelques…). Et Demain ça ira mieux. Voila pour le programme

./source

Le « nouveau #Kalifat » de l’état hystérique …

Par respect pour une honorable institution (Le Crif), nul besoin de s’etaler sur le dérapage  de son Président. Ce titre suffit. Lire le billet Lyonnitudes de Romain Blachier (oui il blogue toujours, et j’ai refait son visuel).

Je partage son avis et celui du fils de #MireilleKnoll. Ce dernier a declaré: « Le Crif fait de la politique, moi j’ouvre mon cœur. ». Pour finir, juste un mot: « Madame Knoll, merci de nous permettre de nous unir en communion, pardonne lui cette offense comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé. Et nous ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre nous du mal (enfin, si vous pouvez) Le bisou à #ArnaudBeltrame. .התפלל עבורנ « . Amen.

N’en déplaise à F. Kalifat, la Marche blanche sera noire de monde! Voilà.

./…

Macron: « Interview debout, journalisme couché ». Très beau titre de @Mediapart !

Ce titre de Mediapart suite à l’itw d’Emmanuel Macron/Laurent Delahousse hier à l’Élysée va me faire ma journée, la votre aussi. « Interview debout, journalisme couché »

Emmanuel Macron communique Interview debout, journalisme couch

Papier signé Hubert Heurtas. Best titre de l’année 2017. D’ailleurs Michael Rose de l’agence Reuteurs confirme le couchage de Laurent Delahousse – qui du coup porte bien son nom-, « Une des questions les plus percutantes dans l’interview de Macron: «Voici l’arbre de Noël dans la Cour. C’est la fin de l’année, ce que vous voulez dire les Français – n’ayez pas peur? » Deferential French journalism at its worst...

Macron Elyséee

Paroxysme de la déférence du journalisme à la française. Pas mieux.

./…

 

#Johnny: C’était donc un complot «non-mixte»…

Conversation imaginaire, ou presque, dès l’annonce par BFMTV de la mort de Johnny Hallyday suite à son décès à 74 ans (c’est dans l’image), deux amis effondrés sur le Zinc discutent pour l’organisation des obsèques de leur idole

24993095_10155900408609941_1236572814252786901_n

« Alors Dédé, comment qu’on fait pour faire pareil que pour les obsèques de Victor Hugo et réunir tous les gens de la France » demande JeanMi (On a tous un JeanMi dans nos tas d’ami.es). Et Daniel dit Dédé-l’embrouille de répondre: « Bah.. c’est simple ducon. On fait comme pour France98 quand on avait gagné la Coupe Mondiale de Foot, un truc bien français avec la Motardie en tête de cortège comme la patrouille de France du 14 juillet. Mettre de l’émotion partout qu’on diffusera en live à la télé, avec la musique qui fait bien triste pour faire pleurer jusque dans les chaumières de Belley! »

JeanMi: « Et tu crois que les gens ils vont « viendre »? Tu sais, Johnny, c’était il y a longtemps, et les gens ils ont beaucoup changé, en plus il n’habitait même plus en France ». Dédé: Ben non idiot! Johnny, c’est « l’idole des jeunes » à Que Coucou! C’est écrit dans « Salut les copains » patate, tu ne sais donc pas lire? JeanMi: Euh… c’est plus les mêmes jeunes je te signale. Paris c’est grand, avec le RER, on a des jeunes de partout jusqu’en banlieue! Et c’est « Maitre Gims » leur idole. Dédé: M’en fiche de ce gars! Jauni était beaucoup +grand, c’était  un kiloMètre! D’ailleurs, qui t’a dit que je voulais qu’ils viennent hein? Ça sera un truc « non-mixte », que nous, comme pour ses concerts aux States quand on prenait l’avion pour chanter sans ces américains qui ne savaient même pas qu’une Star était chez eux, les cons. Mais attention, on ne va pas le dire à la radio pour pas que les gens « ils savent », je t’explique (…On mettra des flics partout avec contrôle au faciès systématique, ouais. Avec le plan Vigipirate qu’on a, l’État d’urgence qu’on a glissé en loucedé dans le droit commun, sans oublier les risques d’attentats, les dissuader de « viendre » est un jeu d’enfants. Et on fera une grande messe bien chrétienne à l’Église. Non, pas à Saint-Denis, ils sont capables de venir et nous demander de leur mettre du Rap pendant l’Homélie de Père Jean – non pas ton père-, Mon dieu du Rap pour les obsèques de notre Jauni tu te rends compte? Non pas ça.

7442715_b3a3f38a-dccd-11e7-96c7-b2c32a4a5810-1_1000x625

Et JeanMi relance: « Mais toute la musique que que qu’on aime, elle vient de la … de la musique noire américaine, elle vient du blues non?». La chose à ne pas dire à Dédé. « Keuwa? Mais t’es con ma parole! Quand ta femme t’avait quitté pour l’épicier du coin, t’avais pas le blues toi? Voilà! Toute la musique que qu’on aime, elle vient de là, elle vient du blues quand on a mal, il chantait pour nous Johnny, que pour nous ok? Ah au fait, pour la messe et les Amen et le requiem, on fera ça à la Madeleine en plein Paname, avec des invités triés sur le côté, on dira que c’est pour la sécurité du Président de la République toussa, déjà que ces cons n’aiment pas les Églises, y en aura donc beaucoup moins et Paris c’est pas la banlieue bordel! Mais qu’est ce qu’ils « croivent » les gens »? Parenthèse (on causera Jean d’Ormesson une autre fois, il faisait des bouquins sans images-dedans et on ne comprenait rien à ce qu’il disait, alors que Jauni c’était le stade de France putain!) ».

Et JeanMi de remettre une pièce dans le Jukebox: «Mais dis Dédé, le 09 décembre c’est pas le jour qu’on fête l’anniversaire de la laïcité? Tu sais, le truc de la séparation de l’Eglise et de l’Etat toussa» ... Grosse colère de Dédé. «Laïcité-laïcité-laïcité! mais on s’en tamponne de ta laïcité! J’ai une gueule de laïciste moi?» Et l’autre de le regarder fixement pour vérifier sa tronche, puis lui: «Koi ma gueule, qu’est ce qu’elle a ma gueule? Quelque chose qui t’va pas?» Et de poursuivre dans sa lancée pour bien donner envie de ne pas avoir envie de venir perturber leur «non-mixité» intime. « Et puis ces cons qui nous pompent l’air avec leur laïcité à deux balles, on va leur filer nos copains activistes de … «Hiver Républicain» entre les pattes pour encore bien les embrouiller».

joe-bar-team-3-608x456

Toujours sceptique, notre JeanMi, Pat Hibulaire mais presque, insiste: «hum Dédé … les gens, ils ont les internets dans leurs telephone, ils découvrir sur les rézosocios que c’est un complot racialiste, sont pas bêtes les gens, tiens demande à Romain, il te dira …» Excédé par si peu d’emphatie, Dédé-bille-en-tête reprend, « Y verront que du feu je te dis! On va allumer-le-feu!, euh.. les enfumer. Tiens, pour te dire combien je suis une lumière que tu sais même pas, on va leur foutre ça sur le dos je te dis. On dira «Le petit peuple des petits blancs est descendu dans la rue pour dire adieu à Johnny. Il était nombreux et il était seul. Les non-souchiens brillaient par leur absence» en direct à la radio! Par un philosophe en plus, voir deux si possible. Ok, ça va un peu couiner sur Twitter comme d’hab’, y aura deux trois cons pour dire que c’est du racisme ou pour crier au complot, mais on s’en fiche, depuis le temps qu’on est décomplexé, on va se gêner. C’est de leur faute à ces gens, c’est toujours de leur faute épicétout! Tiens, Jeanne d’Arc, c’était déjà les gens de la banlieue! Bah oui, l’Angleterre c’est bien la banlieue de la France n’est ce pas? Et le réchauffement climatique et la catastrophe nucléaire de Tchernobyl hein? la  faute à la banlieue de l’Europe! Toujours les mêmes. Si ça se trouve, ils sont aussi responsables de la crise de subprimes et des déficits de la France. D’ailleurs, Notre Johnny national, on va l’enterrer loin de la banlieue, à Saint Barth, et s’il leur venait à l’idée d’aller sur sa tombe, ça leur coûtera un bras. #TasVu? En parfaite « non-mixité » ni vu ni connu et vas y que je t’embrouille! Avec en prime, tiens-toi bien mon pote, des « indigénistes (sic!) » qu’on va faire passer pour des coupables les doigts dans le nez, et ça marchera je te dis ! Pas belle la vie? »

À peu près, presque. À trop vouloir prendre les vrais gens pour des cons, ils finissent par écrire des billets à la con. À Que oui.

./…

 

Wauquiez, FN, Finkielkraut ou l’extension de la «Souchienne». Les sonates en «Ouaf ouaf»…

Laurent Wauquiez a été élu « Président du parti les Républicains ex-UMP » ce dimanche. Et déjà cette question « Où va Laurent Wauquiez? », une étonnante interrogation. En effet, pour les observateurs de la vie politique,  il est admis que L.Wauquiez n’est que l’extension de la Droite extrême. #CroisonsLes

« Où va la France? » c’est la question à poser, et je la pose, là. A propos de l’alliance Wauquiez-FN, réponse de Virginie Calmes (Numéro bis LR), je la cite: « pour le moment, nous la refusons nous ». Oui « Pour le moment » et tout est dit n’est ce pas? Se souvenir que c’est grâce au « copier-coller FN » que Laurent Wauquiez avait gagné les Régionales en Auvergne Rhone-Aples comme l’atteste « son programme » étalé dans ce trac de campagne

Bref, en France les idées du Front national s’installent encore un peu plus, à droite on le savaitLaurent Wauquiez avait déjà franchi le Rubiconmais aussi dans une certaine Gauche dite « Finkielkraut » autour de Manuel Valls, portée par les activistes du Printemps républicain.

FB_IMG_1512995922966

L’actuelle majorité n’est pas en reste non plus (lire). Oui, la belle « Souchienne » n’arrête plus de faire « Ouaf Ouaf »

./…

Lire « Mal être au Père Noël ». Billet signé @Croisepattes #SDF #AuRasDuSol

Cher Père Noël,

Comme tu n’as pas daigné répondre à ma lettre de l’an dernier te demandant de m’héberger en échange de devenir un Lutin et de bosser pour toi, je réitère, cette année une lettre.

J’ai été plus ou moins sympa avec les gens en faisant la manche durant ces derniers mois et surtout, j’ai essayé de trouver des #PetitsBoulots histoire d’être utile.

Je n’ai cassé la gueule à personne, même pas les plus chiantes, et j’ai fait preuve de solidarité auprès de mes comptants pour rien. Je me suis inquiété de l’absence de personnes proches jusqu’à m’en ronger les sangs, je n’ai harcelé aucune actrice connue, ou pas connue d’ailleurs, j’ai fait en sorte d’avoir toujours l’essentiel corporel propre au quotidien (on ne sait jamais, si je devais mourir dans la rue, autant avoir le cul propre !)…

Donc voilà, pour Noël, j’aimerai beaucoup que

1. Kim Jong Machin et Trump ne fasse pas péter la planète, ou en tout cas, pas avant l’an 2999,
2. que les fous furieux religieux du monde soient changés en papier toilettes sans odeur,
3. que Cyril Hanouna soit Président de France Télé (tant qu’à faire),
4. que toutes celles et ceux qui ont commis des crimes contre l’Humanité trouvent de petites fioles au pied du sapin,
5. que Macron, le petit jeunot sociopathe, termine sa crise d’adolescence,
6. que la paix soit sur la terre pour les 100 000 ans qui viennent (mais bon, pas de quoi en faire une chanson non plus),
7. que Florent Pagny arrête de copier mon look barbichette Clodo,
8. que tu sois généreux avec toutes celles et ceux qui, en toute simplicité, l’ont été,
9. que plus aucun enfant, dans une cours d’école, ne doivent subir de violence à cause de son origine, sa couleur, sa taille, son poids, son sexe, son apparence, sa timidité,…
10. que celles et ceux que j’aime (non, ça je m’en occupe)…

Enfin bref. Je sais que tout ce que je demande, tu t’en bats les rennes alors, au final, si tu as le dernier Enki Bilal à glisser dans mon duvet (si tu me tripote, je te défonce) je suis preneur. Voilà,

Hu hu hu !

Signé: Ervé dit Croisepattes (clic lien)

Saad Hariri bien arrivé à Paris et qui rira le dernier? Certainement pas Gérard Filoche…

Personne n’avait osé ce titre, c’est fait. Pourquoi le Premier ministre libanais démissionnaire, retenu en Arabie saoudite, est-il à en France? La famille Hariri est à Paris, une exfiltration, peut-être bien une libération conditionnelle. Saad Hariri, qui craint pour sa vie, n’est certainement pas là pour Le Marché de Noêl de Marcel Campion. Le fils du Père assassiné doit rencontrer Emmanuel Macron, à la mi-journée, ils ont des choses à se dire. Avant la lecture conseillée dans le lien suivant (Analyse de Karim Bitar, spécialiste de relations internationales sur cette venue, notamment par rapport à l’Arabie saoudite et l’Iran) petit état des lieux de la situation libanaise tout en infographie pour un meilleur accès..

Autre chose et vrai sujet: Cette venue à Paris inquiète très fortement Bernadette Chirac, l’ex première première Dame de France. Sans Jacques, installé rue de Tournon depuis sa sortie de l’hôpital dans un appartement prêté par le milliardaire François Pinault-, Mam « Pièces Jaunes » vit seule dans un appartement quai Voltaire que la famille Hariri lui prête. Et le proprio vient de  débarquer, mauvaise nouvelle. Pas d’expulsion avant mars période hivernale oblige? Pas si sûr…

FB_IMG_1511005442935

Saad Hariri est bien arrivé à Paris et qui rira le dernier? Certainement pas Tante Bernie et encore moins Oncle Gégé Filoche qui vient de faire sur lui, une grosse boulette. La Famille de Solferino prépare déjà ses obsèques (politiques). Cette fois, ils ne vont pas le rater, à juste titre d’ailleurs. Oui, la « liberté d’expression a ses limites » et on ne peut rire de tout. Maintenant il sait (et vous aussi d’ailleurs). Mais c’est trop tard. Pour finir, une pensée pour la Famille Hariri (Bienvenue dans votre Appart’ à Paris!) pour Tante Bernie (Welcome dans l’Appart’ de prêt de Jacques!) et pour Oncle Filoche (…) pour l’ensemble de son œuvre contre le drame du chômage (il vient de s’immoler, il a déconné).

./…

#Bercy, cette « courbe » nommée austérité. Illustration …

Dans le marc de mon café de ce matin, j’ai vu une courbe, celle de l’austérité, c’était #BercyIl était 7heures du mat’, juste quand Paris s’éveille. Entre l’abscisse (la route) et l’ordonnée (dans l’image), s’est affichée l’expression tracée d’une paupérisation exponentielle, celle qui tend toujours vers l’infini, la « fonction f(x) de Bercy » ...

Oui, #Bercy est une « courbe » et « l’austerité » son nom. Mon café, TVA comprise, n’était pas amère, heureusement. Billet « carte postale » pour la symétrie de l’image et pour le titre. Passage furtif à Paname et déjà ailleurs, loin, sur la route de l’austère.

Eugene James Bullard, «l’hirondelle noire» du printemps de l’aviation française en 14-18.

L’ami Romain P. nous fait découvrir « la vie dingue d’un engagé volontaire » dans l’armée française lors de la 1ère guerre mondiale, et demande: « Un producteur pour en faire un film?». Oui, sur une vie au service de la France, à retracer dans un film, ou dans ce billet de blog pour commencer. Aussi, Lady & Gentleman, Monsieur Eugene James Bullard dit «l’hirondelle noire» !

626px-eugene_jacques_bullard_first_african_american_combat_pilot_in_uniform_first_world_war

Tadam! Oui, c’est à nouveau l’histoire d’un mec, normal, enfin presque. Fils d’un martiniquais né esclave, il est originaire de Columbus en Géorgie. Nous sommes dans les années 1890.  Enfant, il est témoin du lynchage de son père, quitte le foyer familial vers l’âge de huit ans pour échapper aux discriminations raciales avec l’intention de partir loin de cette Amérique ségrégationniste.  Son père lui avait dit un jour: « En France, un homme est jugé pour son mérite et non pas pour la couleur de sa peau». Une phrase qui le marquera. Après 2 années d’errance avec des gens du voyage avec lesquels il apprend l’équitation, il embarque depuis Norfolk en Virginie à bord d’un bateau à vapeur allemand pour l’Écosse en Europe, en 1912. Au Royaume-Uni, il travaille comme «cible vivante» dans une foire à Liverpool, prend des cours de boxe, puis fait le voyage à Paris en 1913 pour disputer un match à l’Élysée Montmartre. Il décide d’y vivre, dans son futur désirable, – sans allocs-, là où son père voulait qu’il soit, c-à-d, dans « un pays où un homme était jugé pour son mérite et non pas pour la couleur de sa peau». mais ça, c’était avant! Passons.

Quand la guerre éclate en octobre 1914, Eugène JamesBullard n’avait pas encore l’âge de s’engager. Volontaire, il se vieillit d’un an tout seul comme un grand, déclarant être né en 1894 pour s’engager dans la Légion étrangère française afin participer à la 1ère Guerre Mondiale. Fallait oser. Matricule 19/33.717, il est aussitôt envoyé dans la zone de combats, dans la Somme. Oui, il y était le mec! Normal (presque), en Champagne et à Verdun! (une pensée pour BlackM en passant, et pour ceux qui ne l’avaient pas soutenu lorsque les fachos & les #identi du Printemps dit «Républicain» l’avaient conjointement chahuté au nom de la France française (sic), ils doivent avoir l’air con en lisant ces lignes). Blessé en mars 1916, en convalescence chez nous à Lyon, il est cité à l’ordre du régiment en 1917 et se voit décerner la croix de Guerre. [Jusque là, ça va les gens ? Je termine].

Blessé et déclaré inapte pour l’infanterie, Eugene Jacques (ex James) Bullard continue le combat. Intégré dans l’aéronautique militaire française en octobre 1916, il est Mitrailleur à Cazaux, élève-pilote à Dijon, Tours, Châteauroux et Avord, puis affecté au 5e groupe de Chasse dans l’armée de l’air française, effectue une vingtaine de missions aériennes et devient, avec l’ottoman Ahmet Ali Celikten [on va dire « un arabe» pour emmerder les fachos»], l’un des deux premiers pilotes de chasse noirs de l’Histoire de la France. Dans les airs avec sa mascotte -un singe nommé Jimmy – la devise inscrite sur le fuselage de son avion était déjà un « message de service » comme on dit de nos jours. « All blood runs red » Trad. « tout sang coule rouge ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Août 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis, l’United States Army Air Service refuse de l’enrôler à cause de sa couleur de peau. – les cons, son père avait raison « la France c’était mieux pour les noirs ». Avant. – depuis, il y a eu l’Amérique d’Obama, un Président noir-. Déclaré médicalement inapte au vol par Edmunds Gros – & frisé-, le médecin américain chargé d’organiser l’aéronautique américaine en liaison avec le général Pershing  – ils ne voulaient pas d’un noir-, il est réaffecté au camp de La Fontaine du Berger en 1918 dans le Puy-de-Dôme jusqu’à l’armistice de 1918. Démobilisé, il se fixe à Paris – pas que pour les gonzesses-. Musicien de Jazz dans des boites de nuits de Pigalle à Paris, il reprend le Cabaret Le Grand Duc, 52 rue Jean-Baptiste-Pigalle,à l’angle des rues Fontaine et Pigalle-, le revend au début des années trente pour ouvrir un bar, L’Escadrille au 15, rue Fontaine. Figure majeure du jazz et des nuits de Paname, il compte Joséphine Baker, Louis Armstrong ou Langston Hughes, parmi ses amis. Il a aussi créé un gymnase 15 rue Emile Mansart, dans le 9è à Paris.

De son mariage avec Marcelle Straumann, il a eu deux filles (Jacqueline et Lolita) et un garçon. Peu après sa démobilisation, Eugène Bullard est en butte aux attaques racistes de la communauté américaine de Paris qui ne lui pardonne pas d’avoir été pilote de chasse. «Quoi? un noir pilote de chasse? Oh My God!» Bref, ils avaient du mal à l’accepter. Agressions verbales ou physiques, il était redevenu «un nègre».

En 1939 commence la Seconde Guerre mondiale, « Herr Bullard » – il parlait allemand-, est recruté par le service de contre-espionnage français pour surveiller les allemands fréquentant son bar parisien, L’Escadrille. Pendant l’invasion de la France par l’Allemagne nazie, il est incorporé comme mitrailleur dans le 51e régiment d’infanterie à Orléans, participe aux combats pour défendre la ville. Blessé, il est évacué à New York pour soigner sa blessure. Étranger dans son pays natal où ses exploits sont ignorés et minimisés, il revit dans la ségrégation raciale. Après la deuxième Guerre Mondiale – donc deux Guerres mondiales à son actif, pour la France, on note?-, il devient vendeur en parfumerie, gardien de sécurité, manutentionnaire, interprète, et tente vainement de remonter un nightclub à Paris – tu parles-. Deviendra plus tard un ardent militant de la France libre à travers l’organisation Gaulliste France Forever, sera invité à Paris pour ranimer la flamme de la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe en 1954.

Gaulliste noir & Patriote (un vrai de vrai), il est fait Chevalier de la Légion d’honneur en 1959 par le Général de Gaulle en personne qui le qualifie de «véritable héros français». #LeSaviezTu? Non. Normal mec, c’est pas dans les livres d’Histoire, ni dans les manuels scolaires. Multi-distingué: Chevalier de la Légion d’honneur, Médaille militaire, Croix de guerre 1914-1918, Croix du combattant volontaire 1914-1918, Croix de guerre 1939-1945, Médaille des blessés militaires, Médaille commémorative de la guerre 1914-1918, Médaille interalliée 1914-1918, dite de la Victoire, Médaille engagé volontaire, Médaille commémorative de la bataille de Verdun, Médaille commémorative de la bataille de la Somme, Médaille commémorative de la guerre 1939-1945, Médaille commémorative des services volontaires de la France libre, Médaille des volontaires américains avec l’Armée Française (American Volunteer with French Army Medal), etc, Eugene Jacques Bullard passera les dernières années de sa vie dans l’anonymat et dans la pauvreté à New York où il meurt le 12 octobre 1961. Il est enterré dans son uniforme de légionnaire, avec tous les honneurs militaires par des officiers français dans la section des vétérans de la guerre française du cimetière de Flushing, dans le Queens à New York. Trente ans après sa mort, et soixante-quatorze ans après son rejet par l’U.S. Service en 1917, il est promu à titre posthume au grade de sous-lieutenant (second lieutenant) de l’United States Air Force grâce à l’intervention de Colin Powell,  (presque normal lui aussi) alors chef d’état-major des armées américaines. Sa vie est exposé au National Museum of the US Air Force.

En 2012, l’historien et cinéaste Claude Ribbe lui consacre un récit biographique – Eugene Bullard (éd. du Cherche midi) – avec de nombreuses précisions sur cette signature qui mérite de sortir de l’ombre.

Une hirondelle, un oiseau migrateur venu des États-Unis, un héros de guerre qui s’est illustré lors de la 1ère guerre mondiale avant de remettre une couche dans la Deuxième. Mort dans l’anonymat, Eugene Jacques Bullard est un héros de cette douce France qu’il a  protégé sur terre comme dans les airs. Comme le Chevalier de Saint-George [1745-1799] – 1er noir à la cour du Roi-, Raphaël Élizé – noir & Maire de Sablé-sur-Sarthe (1929), ou  encore Severiano de Heredia, Noir et Maire de Paris (1879), leur faire une petite place dans nos manuels d’histoire serait un moindre mal. Et pourquoi pas un film? Pour visualiser en 3D le fait que la France est aussi le fait d’hommes & femmes venus d’ailleurs, d’hirondelles de toutes les couleurs de l’Arc-en-ciel.

Mais ça, si tu ne sais pas, c’est une « autre histoire »….

(Merci Romain)

./…