[#Césaire] « Cahier d’un retour au pays natal », le « Martial » récital du #Panthéon, extrait …

Aimé Césaire cahier d'un retour au Pays natal Jacques-Martial_Panthéon 27 avril 2017

Lors de la cérémonie du 170ᵉ anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France, le 27 avril dernier, au Panthéon (Paris), j’ai retenu un moment, une séquence émotion, le vibrant récital (de Jacques Martial) de l’œuvre poétique d’Aimé Césaire (publiée en 1939 et rééditée en 1947 ), « Cahier d’un retour au pays natal ». Extrait …

 

Non …

Nous n’avons jamais été amazones du roi du Dahomey, ni princes de Ghana, ni docteurs à Tombouctou, ni architectes de Djenné, ni Mahdis, ni guerriers. Nous ne sentons pas la démangeaison de ceux qui tinrent jadis la lance.

Et, puisque j’ai juré de ne rien celer de notre histoire (moi qui n’admire rien tant que le mouton broutant son ombre d’après-midi), je veux avouer que nous fûmes de tout temps d’assez piètres laveurs de vaisselle? des cireurs de chaussures sans envergure? Mettons les choses au mieux.. d’assez consciencieux sorciers et le seul indiscutable record que nous ayons battu est celui d’endurance à la chicotte...

Et ce pays, cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ; que les pulsations de l’humanité s’arrêtent aux portes de la nègrerie; que nous sommes un fumier ambulant hideusement prometteur de cannes tendres et de coton soyeux et l’on nous marquait au fer rouge et nous dormions dans nos excréments et l’on nous vendait sur les places et l’aune de drap anglais et la viande salée d’Irlande coûtaient moins cher que nous. Et ce pays était calme, tranquille, disant que l’esprit de Dieu était dans ses actes.

Nous, vomissure de négrier…

Nous, vénerie des Calebars …

J’entends, de la cale, monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d’un qu’on jette à la mer… les abois d’une femme en gésine, des raclements d’ongles cherchant des gorges, des ricanements de fouet, des farfouillis de vermine parmi des lassitudes. Ainsi soit-il! Ainsi soit-il! C’était écrit dans la forme de leur bassin!

Ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole, ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l’électricité, ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel, mais ceux… sans qui la terre ne serait pas la terre! Gibbosité d’autant plus bienfaisante que la terre déserte davantage la terre!

Ma négritude n’est pas une pierre, sa surdité ruée contre la clameur du jour! Ma négritude n’est pas une taie d’eau morte sur l’œil mort de la terre! Ma négritude n’est ni une tour ni un cathédrale! Elle plonge dans la chair rouge du sol! Elle plonge dans la chair ardente du ciel, elle troue l’accablement opaque de sa droite patience! Eia! pour le Kaïlcédrat royal ! Tiède petit matin de vertus ancestrales. Eia! pour la joie! Eia! pour l’amour! Eia! pour la douleur aux pis de larmes réincarnées! Et voici, au bout de ce petit matin ma prière virile, que je n’entende ni les rires ni les cris, les yeux fixés sur cette ville que je prophétise, belle

Donnez-moi la foi sauvage du sorcier, donnez à mes mains puissance de modeler, donnez à mon âme la trempe de l’épée, je ne me dérobe point.

Faites de ma tête une tête de proue, et de moi-même mon cœur ne faites ni un père, ni un frère, ni un fils, mais… le père, mais le frère, mais le fils. Ni un mari, mais l’amant de cet unique peuple.

Faites-moi rebelle à toute vanité mais docile à son génie comme le poing à l’allongée du bras! Faites-moi commissaire de son ressentiment, faites-moi dépositaire de son sang, faites de moi un homme de terminaison, faites de moi un homme d’initiation, faites de moi un homme de recueillement mais faites aussi de moi un homme d’ensemencement. Faites de moi l’exécuteur de ces œuvres hautes, voici le temps de se ceindre les reins comme un vaillant homme..

Mais les faisant, mon cœur, préservez-moi de toute haine, ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n’ai que haine car, pour me cantonner en cette unique race, vous savez pourtant mon amour tyrannique, vous savez que ce n’est point par haine des autres races que je m’exige bêcheur de cette unique race

Que ce que je veux, c’est pour la faim universelle, pour la soif universelle, la sommer libre enfin de produire de son intimité close …

(…) la succulence des fruits.

Aimé Césaire

[…]

 

./…

Publicités

« Discours sur le racisme » ou « la peur du Front national moi non plus » [Aimé Césaire revisité]…

Discours sur le racisme (colonialisme Aimé Cesaire FN Présidentielle 2nd tourEt puisqu’il m’est autorisé de parler de la menace Front national et donc du racisme, allons droit au mensonge principal à partir duquel prolifèrent tous les autres.  «Une société qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une société décadente» écrivait un grand poète noir, Aimé Césaire le «nègre fondamental», dans son «Discours sur le colonialisme» de 1950, 1ère Édition. Un texte fondateur, un réquisitoire, un pamphlet poétique retiré des programmes scolaires en 1995 par François Bayrou alors Ministre de l’Éducation nationale. Soit. Je vais ici reprendre ce texte, l’actualiser et le déstructurer au nom de la raison critique dans la « France de l’entre deux tours», pour comprendre et saisir avec fruit, les dessous de cette société moribonde qui s’effondre et qui dans sa chute se répète sans cesse: « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici (..)».

Le fait est que, notre société telle que l’ont façonné des siècles de Lumières refuse de résoudre les problèmes majeurs auxquels son existence a donné naissance: le problème de sa pluralité et de ses influences multiples; que, déférée à la barre de la «raison» comme à la barre de la «conscience», cette France-là est impuissante à se justifier; et que, de plus en plus, se réfugie dans une hypocrisie d’autant plus odieuse qu’elle a de moins en moins la chance de tromper son monde. Et aujourd’hui, il se trouve que ce ne sont plus les masses venues d’ailleurs qui la menacent, ou qu’on incrimine sur la place publique, aujourd’hui, l’acte d’accusation proféré sur fond de racisme accepté, est un aveu de culpabilité de ceux qui osent encore s’ériger en parangon de vertu. Une société de bonne foi certes, mais d’une hypocrisie collective où l’on pose malhabilement les problèmes pour mieux légitimer les odieuses solutions qu’on leur apporte. Et elle s’obstine à éviter l’innocente question initiale:

Qu’est-ce qu’en son principe que le racisme ?

« Lutter contre » n’est ni entreprise philanthropique ni volonté de reculer les frontières de l’ignorance. Je trouve que l’hypocrisie n’est pas de date récente, (…) le grand responsable dans ce domaine est le pédantisme collectif, pour avoir posé les équations malhonnêtes: « colonisation civilisatrice », « racialisme imaginaire », «intégration à la française», «BanlieueStigmatisation des esprits», etc. Et ne pouvaient s’ensuivre que d’abominables conséquences racistes. Il faudrait d’abord étudier comment la France travaille à déresponsabiliser le Français, à l’abrutir au sens propre du mot, à réveiller ses instincts enfouis, (violence verbale, haine raciale, relativisme moral, etc.), et montrer que, …

 » (..) chaque fois qu’il y a un acte raciste et un œil crevé et qu’on accepte, chaque fois qu’il y a une violence policière et qu’en France on accepte, chaque fois qu’il y a une discrimination et qu’on accepte, il y a un acquis de la morale qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend, et qu’au bout de toutes ces valeurs violées, au bout de tous ces mensonges propagés et de toutes ces expéditions punitives tolérées, au bout de cet orgueil encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de la société, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement de la République .

Racisme choic deuxièlme tour Présidentielle 2017Et alors un beau jour, au lendemain d’un dimanche d’élection, elle est réveillée par un formidable choc en retour: La haine suprême est aux portes du pouvoir, les fachos s’affairent et discutent déjà autour des chevalets. On s’étonne, on dit: «Comme c’est curieux! Mais Bah, c’est le nationalisme, on fera barrage, et ça passera  (..)». Et on se tait à soi-même la vérité, que ce racisme déjà installé est une barbarie, celle qui résume la quotidienneté des Barbaries

« Et on attend, on espère, et on oublie qu’avant d’en avoir peur, avant d’en être la victime éventuelle, on en a été le complice; que ce racisme-là, on l’a supporté, on l’a absous, on a fermé l’œil là-dessus, que ce nazisme-là, on l’a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s’était appliqué qu’à des êtres serviles; que cette sauvagerie hurlante, on l’a cultivé, on en est responsable, et qu’il sourd, qu’il perce, qu’il goutte, avant de l’engloutir dans ses eaux rougies de toutes les fissures de la société ».

Oui, il vaudrait la peine d’étudier cliniquement, dans le détail, le laxisme collectif dans la lutte contre les discriminations, et de révéler à la société toute entière, aux très distingués donneurs de leçons, qu’ils portent en eux une intolérance coupable, que la haine nationaliste est son Pétain et le racisme l’habite, que s’ils le vitupèrent aujourd’hui seulement, c’est par manque de logique, …

 (..) et qu’au fond, ce qu’ils ne supportent pas dans ce miroir, ce n’est pas le racisme en soi, ce n’est pas le crime contre l’homme, c’est le crime contre soi, ce qu’ils ne supportent pas par dessus tout, c’est la peur de se voir appliquer des procédés dont ne relevaient jusqu’ici que les « commis de la république » dont ils étaient les Maîtres.

Et c’est là le grand reproche que j’adresse aux pseudos « barragistes de l’entre deux-tours-et-puis-s’en-vont», aux «chiens de garde du colonialisme», aux «macrotteurs politiciens lèche-chèques», aux «académiciens goitreux endollardés de sottises», aux «ethnographes métaphysiciens et dogonneux», aux «intellectuels et hommes politiques convaincus de leur  «supériorité dolicho-blonde»,  à tous ces «Bidault aux airs d’hostie conchiée», etc., je leur reproche d’avoir trop longtemps rapetissé les valeurs de la République, d’en avoir eu, d’en avoir encore une conception étroite et parcellaire, partielle et partiale et, tout compte fait, sordidement raciste.

Faut-il pour autant rejeter dans les ténèbres de l’oubli tous les faits d’armes de la lutte contre le racisme ?

Non. Il est des tares qu’il n’est au pouvoir de personne de réparer et des fautes qu’on n’a pas fini d’expier, mais chaque jour qui passe, chaque déni de justice, chaque réclamation noyée, chaque scandale étouffé, nous fait sentir combien notre société est malade, moralement atteinte. Une société qui, irrésistiblement, de reniement en reniement, appelle sa propre haine. À se replier sur elle-même, une société, quel que soit son génie intime, s’étiole, et la grande chance de la France est d’avoir été un carrefour, et que, d’avoir été le lieu géométrique de toutes les idées, le réceptacle de toutes les philosophies, le lieu d’accueil de tous les sentiments en a fait le meilleur redistributeur d’énergie, l’échange est son oxygène. Et le 07 Mai 2017, viendra la nouvelle  «expropriation pour cause d’utilité publique».

[…]

Lyon, 30 avril 2017. Guy-Alain B. « Discours sur le racisme », adaptation (très) libre du texte d’Aimé Césaire «Discours sur le colonialisme, Chap. – À l’origine du Nazisme – (1955), Paris Sorbonne, 4ème Édition».

./…

Femme noire, la cible: Du #racisme Made in France et du « silence des bons »…

Des femmes, des prénoms : Christiane (Taubira), Danielle (Obono), Rokhaya (Diallo), Ramatoulaye (Yade), Hapsatou (Sy). Des femmes, noires, une identité, un trait commun, et une même appartenance à la République. Des femmes qui cristallisent et bien malgré elles, une nouvelle-ancienne phobie, une récurrence qui toujours s’installe lorsqu’elles deviennent enfin visibles.

Oui, la femme noire, enfant de la stigmatisée « femme africaine » est devenue la cible privilégiée des racistes de France et Navarre. Et comme le faisait remarquer Christiane Taubira en son temps (c’était hier), les « hautes et belles voix de la République » sont aux abonnées absents. Encore et toujours, silence de cathédrale sur une cabale avérée..

Le « silence des bons » blesse beaucoup plus que la haine raciste.

Les « bons »? C’est un euphémisme. Entendre par là, ceux de vos ami.e.s qui le sont pendant les campagnes électorales (ou juste avant). Et une fois le bulletin dans l’urne, ils vous font « faux bon » en rase campagne, voire pavoisent avec les « assassins d’aube ». Oui j’ai les noms, des « vrais bons », ils sont de moins en moins nombreux (tant mieux!), ça fera moins de gens à remercier au bistrot, à la Libération. Pour les autres, du goudron et des plumes et « Salut les racistes! »

Femmes noires, la cible, elles s’expriment

./…

Manuel Valls, le « député fictif » …

Député de l’Essonne, il a raté la rentrée des classes, était absent au Forum des Associations, pas présent non plus lors de la fête de la musique ni au feu d’artifice d’Évry. Mais où donc qu’il est Manuel Valls?

C’est une désertion (politique). Dépités, les électeurs de l’Essonne recherchent le député fictif Manuel Valls. Pas vu à l’Assemblée Nationale depuis bientôt 6 mois mais encaisse régulièrement ses émoluments de fonction (paie). Non, il n’est pas à Nouméa non plus. Il se dit qu’il a changé de circonscription, qu’il officie désormais  en qualité de … « député volontaire de sa Catalogne d’Origine, dans l’attente d’une installation éventuelle à la Mairie de Barcelone« . Bref, la France tu l’aimes ou tu la quittes

Question: Député de la République, un « boulot à rien foutre » ? …

Il semblerait que

./…

#Areola, le « Mur de Berlin »…

Oui le « Mur de Berlin », et c’est pas peu dire. Dans le match de la Ligue des Nations face à l’Allemagne d’hier soir, Alphone Areola, gardien bis de l’équipe de France (et du PSG) a fait une prestation d’anthologie, des parades monstrueuses qui resteront dans les annales du football …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On imagine bien l’inquiétude de Gianluigi Buffon, le gardien titulaire au PSG à la place d’Aréola-le-Mur-de-Berlin. Et notre Hugo Lioris, gardien titulaire des bleus, absent pour « picolage« , a beaucoup de souci à de faire, surtout quand on lui passera la vidéo prestation du « Mur de Berlin ». Bref..

Dire du bien du gardien du PSG pour le supporter de l’OM que je suis, fait!

Et même pas mal. Si en plus, ce billet sincère (oui Jeff, il était excellent), si, je disais, cette sincérité peu contribuer à foutre un peu le bordel au PSG cette saison, alors pourquoi pas! On va se gêner…

Aréola Président!

./…

☑ Bruno Roger-Petit #Libéré !

☑ Bruno Roger-Petit #Macronisé
☑ Bruno Roger-Petit @PPElysee-é
☑ Bruno Roger-Petit #Libéré !

Bruno Roger Petit Elysée

Perso, je l’aime bien. Son seul défaut, c’est ce «côté Macron» dont il se débarrasse enfin! BRP est un fervent défenseur des libertés, il a été parmi les rares journalistes à taper sur la clique des identitarés du Printemps dit Republicain. À l’Elysée, il a fait son job comme d’autres amis avant lui, ceux de la team LeftBlogs, aux manettes de la riposte numérique chez F.Hollande à l’Elysée, ou à Matignon chez Manuel Valls. Malgré nos « divergences numeriques » après 2014, rien n’avait changé, toujours dans la bonne direction. Les exigences de la fonction ne reflètent nos convictions personnelles. Quand les valeurs sont connues, on est et on reste ce qu’on était. Dans le cas de Bruno Roger-Petit aussi, quelqu’un de bien, point.

Vive la lie … #BRP!

/source

Laura #Flessel: les « deux raisons » d’une démission surprise du gouvernement. #remaniement …

Laura Flessel, Ministre des Sports quitte le Gouvernement. Elle aussi. Deuxième départ, « pour des raisons personnelles ». Et tout le monde veut savoir lesquelles…

Donc, deux choses manquaient (ou étaient absentes) dans l’action du gouvernement dans le domaine sportif (et pas seulement), deux bonnes raisons pour démissionner : 1. Absence de lutte contre les discriminations, 2. Défaut de rassemblement. Difficile de la contredire…

« (…) C’est pour retrouver des engagements passés, justement tournés vers l’humain, la solidarité et la coopération internationale, que je prends aujourd’hui la décision de poursuivre mon action par d’autres voies.».

« Jamais dans la tendance et toujours dans la bonne direction »Laura Flessel, Ministre #ChampionneDuMonde de Foot avec les bleus en juillet dernier s’en va, tournée vers l’humain, et loin d’un gouvernement qui (…) …

Screenshot_20180904_130717

./…

De la «jubilation identitaire» de Laurent Bouvet

Laurent Bouvet Endiguer la peste bruneDans une note du 31 août 2018 -in L’Aurore-, Laurent Bouvet du «Printemps dit républicain», nous propose une lecture endimanchée en bloc, et des notes, sur la montée des mouvements extrêmes en France et en Europe.

«Endiguer la peste brune», entendre par là, s’armer pour combattre la progression de l’extrême-droite, une extrême-droite néo-populiste, (…) plus déterminée et donc plus dangereuse que jamais politiquement». Une bien noble attention, jusque là tout va bien. «Face à cette lame de fond qui menace d’emporter toute l’Europe, la déploration navrée ne suffit pas» nous dit-il. Il propose de sortir des explications de confort que l’on avance (la croissance, le chômage, la crise financière, etc. rien de tout cela ne tient la route, à oublier),  Laurent Bouvet a identifié, pour nous, « les vraies causes de cette poussée politique tellurique».  Lecture…

Laurent Bouvet Insécurité Culturelle Identitaire

« Onde de choc de la mondialisation, causes identitaires n’en déplaisent aux oreilles habituées au ronron du politiquement correct, insécurité culturelle, etc ». On s’approche du point d’impact, les chevaux sont lancés à toute vitesse. Arrêtons un instant sur ce concept d’insécurité culturelle. Il y a quelques jours, j’avais lu un papier intéressant sur les nouvelles formes d’Extrêmes-Droites (idélogie culturaliste) et je l’avais résumé en une image…

Finkielkraut Zemmour Bouvet Insécurité culturelle extrême droite.jpg large

Vous y êtes?  vous sentez le truc venir? Prêts? On s’accroche. C’est écrit ci-dessus …

« L’insécurité culturelle » est un non-sens anthropologique, un certains nombre d’auteurs, principalement universitaires, valident et banalisent son usage sans démarche critique et légitiment dans l’espace public son utilisation comme un fait « scientifique » établi, ce qui n’est pas le cas. De fait ils participent, volontairement ou malgré eux, à un brouillage idéologique déjà bien implanté dans nos sociétés, qui profitera aux nationaux-populistes et autre identitaires»

C’est dit. Dans son «bloc-notes», Laurent Bouvet, nouveau tribun de l’insécurité culturelle (l’équivalent du #Grandremplacement) va au-delà du simple concept, traverse le miroir de la raison pour décrire non sans complaisance, les raisons  de «la progression de la peste brune» et de facto, « comment l’endiguer ». On est sauvé, il « sait »

LAurent Bouvet Identitaire insécurité culturelle

Pour bien combattre la progression de l’extrême-droite néo-populiste, il faut  -selon Laurent Bouvet- s’abstenir de stigmatiser les pauvres victimes de l’insécurité culturelle en les couvrant d’injures (racistes, islamophobes, beaufs…). Les victimes du populisme sont désignés coupables. Et notre maestro d’identifier le (seul) responsable de ce «chocs de civilisation (sic)»: La Gauche! (dans son papier du moins). Oui cette Gauche -selon lui-, incapable de remettre en cause totems et tabous (qu’il ne définit pas), cette méchante-vilaine Gauche qu’il accuse de toujours accorder plus de place et d’attention à des «revendications identitaires». Précision: il ne s’attaque pas ici aux revendications identitaires et bien connues de l‘extrême-droite, il s’abstient de toute critique contre «la peste brune», et ne dit rien sur la Droite ou l’extrême-droite, c’est curieux. L’axe son propos, l’angle de tir porte sur … les «revendications identitaires » des populations inspirées par l’indigénisme (sic!), le décolonialisme (sic!), l’islam politique. Point d’impact, nous y sommes …

Laurent Bouvet Identitaire peste brune.

« La logique identitaire quand elle est combattue, et elle doit l’être, ne peut l’être que totalement, sans exception » nous dit-il. Une évidence que personne ne conteste n’est ce pas? Mais une évidence curieusement absente de son texte, c’est étonnant (ou pas). On peut noter le zéro critique sur « la peste brune » qu’il dit vouloir combattre. Et si l’Europe va si mal, c’est, à bien le lire, le fait de ces « populations venues d’ailleurs » (je résume), coupables d’installer une «insécurité culturelle» d’une violence inouïe partout en Europe avec des conséquences irréversibles sur les méninges de ces pauvres gens (assimilée à la population blanche – c’est dans le texte-), ces « GrandRemplacés » qu’on accuse mécaniquement et à tort de « mauvaise dérive identitaire ». Bref, si j’ai bien tout lu Freud, la peste brune ne serait nullement coupable de racisme ou d’islamophobie. La peste brune? Elle est exempt de toutes critiques, La peste brune? Elle est tout simplement victime d’insécurité culturelle. Au delà de son titre produit d’appel, Laurent Bouvet n’a pas trouvé d’autres explications empiriques pour etayer son verbiage, et il termine sa note sur des « recommandations » à Emmanuel Macron, pour une convergence idéologique sur le sujet. A suivre.

En résumé, ce papier équivaut à affirmer que « Nicolas Hulot serait responsable du réchauffement climatique du seul fait de son engagement écologiste ». Ou, mieux,  « les femmes sont responsables du sexisme et des agressions sexuelles dont elles sont victimes » etc…

./…

Agnès #Saal, c’est du #propre…

Le « nouveau monde » selon #Macron, c’est vraiment du « propre« . Agnès Saal is back…

Et l’on s’étonne que les gens deviennent « réfractaires« .

./img

Le « réfractaire vous emmerde » |Aimé Césaire…

Quelqu’un a dit que les Français sont des « Gaulois, réfractaires » à je ne sais plus quoi. Ok. « Et puisque j’ai juré de ne rien céler de cette histoire (d’outrances quand la nécessité l’oblige), moi, le « pas Gaulois » et descendant de ces ancêtres qui n’ont jamais été, ni guerriers du royaume du Dahomey, ni princes de Ghana, ni docteurs à Tombouctou, ni architectes de Djenné, ni Mahdis, moi, le solidaire qui n’admire rien tant que le mouton broutant son ombre d’après-midi », je tiens à apporter, ici, la seule réponse qui s’impose…

Oui, « le réfractaire vous emmerde » aurait dit Aimé Césaire |Pour ma part, moi, descendant de « ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole, ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l’électricité, ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel, mais ceux… sans qui la France ne serait pas la France », je dirais très modestement, politesse oblige, « réfractaire toi-même! »

Fait.

./…

N. #Hulot ayant chanté #MakeOurPlanetGreatAgain avec Macron se trouve fort dépourvu quand (..), puis il démissionna …

Nicolas Hulot ayant chanté « #MakeOurPlanetGreatAgain » avec Emmanuel Macron se trouve fort depourvu lorsque l’ouverture de la chasse fut venue.

Très tôt ce matin et sans prévenir Jupiter, il alla crier « Je démissionne! » chez Dame Salamé et Sir Demorand. Trop de couleuvres au p’tit deuj’, il n’en pouvait plus, il décida de se soustraire de cette partition jamais enclenchée du« MakeJeVousEmbrouilleGreatAgain ».

« Je n’ai pas réussi à créer une complicité de vision avec le ministre de l’Agriculture [Stéphane Travert]. On se fixe des objectifs mais on n’en a pas les moyens (…) Je vais prendre la décision la plus difficile de ma vie, je ne veux plus me mentir, je ne veux pas donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie qu’on est à la hauteur sur ces enjeux-là ».

Coup de tonnerre en Macronnie et pluie d’invectives: « Ciel, mais quel goujat! Sans même en référer à notre bon Jupiter qui l’a habillé du noble titre de Ministre de l’Ecologie et de la Transition Energetique? Mon dieu les gens de peu de vertu, aucune éducation, c’est une honte! » Et cetera..

Démissionner est une « courtoisie » qui n’appartient qu’aux gens avec convictions, encore faudrait le faire quand il faut. (mon avis)

Mais, mieux vaut tard que jamais n’est-ce pas?|Bref, après l’#AffaireBenalla, le mandat d’Emmanuel Macron vient de prendre fin, sur le fond, le reste ne sera que simple habillage. Comme celle de Taubira sous FHollande, cette fracassante démission est une balle de match..

./…

#Twitter: les ‘tits soucis « bleu-blanc-rouge » de Francis le «Webmasteur». Tuto séquence émoji..

IMG_20180826_115906.jpgIl était une fois, Francis, Webmaster à Guéret (23000 – Département de la Creuse – Région Limousin), il aime la chasse, la pêche, la France et sa région (Guéret, c’est dans le Limousin, c’est à dire dans la Région Nouvelle-Aquitaine, résultat de la fusion des anciennes régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes depuis fin 2015, mais Francis s’accroche à son Limousin, je comprends). Voila pour le profil de notre ami Francis, « Webmasteur » (il s’occupe des internets sur ordinateur).

Françis avait un énorme souci, terrible, il voulait avoir, lui aussi, son p’tit « drapeau bleu-blanc-rouge » sur son profil twitter. Normal. L’histoire se passe mi-juillet 2018, et comme tous les français pendant la Coupe du monde de foot, le « Allez les bleus! » était tendance même chez ceux qui n’aiment pas le foot. Il le voulait, sauf que, notre ami Françis ne savait pas comment accrocher ce beau pavois à la suite de son nom.  Puis, il prit son courage à deux mains et alla demander conseil chez les gens qui déjà pavoisaient avec leur beau drapeau bien accroché sur les internets. Lisons.

Francis WBMT1

Oui il a un ordinateur. Il a bien dit qu’il était « Webmasteur » n’est ce pas? Toujours bien lire les profils affiché avant de poser des question sur Twitter. Tout le monde ne tweet pas via smartphone.

Francis WBMT2

 

Jusque là tout allait bien, ou presque. On venait juste d’éviter l’incident « pièce d’identité » pour obtenir un emoji, que déjà se profilait à l’horizon une autre menace. Téméraire comme tout bon Guérétois qui se respecte, il décida de ne rien lâcher le vieux Françis. Il tenait à sa breloque même s’il fallait pour cela aller affronter le vendeur de chez Darty! Puis lui vint une brillante idée, une deuxième fois: Et pourquoi pas Jules-Edouard son filleul? Ce dernier venait d’avoir son Bac Littéraire, il devait savoir, lui..

FrancisWBMT3

Malgré les larmes ès-emoji de la disponible Asriel, nos jeunes de la magnifique communauté Twitter décidèrent de ne pas laisser tomber notre bon  Francis de Guéret, il fallait l’accompagner jusqu’au bout de sa quête pour l’obtention du pavois « bleu-blanc-rouge » avant la finale de la Coupe du Monde de foot, les bleus avaient toutes leurs chances disaient-on. Ce fût fait (je résume). Sauvé, l’ami Françis n’oublia pas de remercier les « Jeunes Robins de Tweets » de cette campagne victorieuse.

Francis Souchard

Depuis, il tweet heureux et il attend vos follows pour améliorer sa visibilité sur les réseaux sociaux et en foutre plein la vue à ses copains de Chasse-Pêche & Traditions depuis le bistrot de Guéret. Moi c’est fait, à vous! Moralité (et c’est le seul intérêt de ce billet)…

« Pose une question et Twitter t’aidera ! »

Ne jamais hésiter, non, seule la finalité compte. Gloire à Francis de Guéret et merci la jeunesse française pour ce beau moment (de partage). Billet Tuto: « comment insérer un emoji sur son profil twitter (ou dans un tweet)« , fait.

./…